By | octobre 20, 2020

Déclaration CGT au Comité Social et Économique EDF R&D Séance du 15 octobre 2020

En complément à la déclaration des 6 organisations syndicales d’EDF R&D qui se sont prononcés unanimement contre tout projet de démantèlement d’EDF que ce soit sur le projet Hercule en deux entités Bleu et Vert, ou le projet en 3 ou plus de morceaux (filiales), la CGT à nouveau dit NON à la découpe de l’entreprise publique intégrée EDF.
La CGT réaffirme sa volonté de défendre le Service Public de l’électricité au service de l’intérêt des usagers, contre la privatisation et l’ouverture à la concurrence que ce soit l’ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques, ou la concurrence entre les modes de production d’électricité. Le schéma optimum pour assurer le plus le bas prix du kWh pour les usagers est celui d’EDF intégrée, sans actionnaires, et avec des tarifs réglementés de l’électricité basés sur le coût de revient de la production, du transport et de la distribution de l’électricité, incluant les investissements nécessaires pour la recherche notamment. L’électricité comme le gaz sont des Services d’Intérêt Général (SIG) : « L’électricité et le gaz ce n’est pas pour le privé ».
Cela passe par le rejet du projet Hercule, cela passe également par le refus du plan d’austérité Mimosa, et cela passe par la défense du Statut du personnel. En effet nous sommes la cible d’attaques en parallèle mais qui ont le même objectif.
Nous ne sommes en rien rassurés par le propos de JB Levy qui a évoqué « un groupe intégré, dans lequel les différents actifs sont pilotés avec une stratégie unique, et un statut des personnels qui permet les mobilités. »
Aujourd’hui dans EDF nous avons malheureusement de nombreux collègues qui ne sont pas au Statut des IEG. Quel serait ce Statut des personnels qui permettrait des mobilités ?
Pour la CGT, tous les textes statutaires (les Pers., DP, et les 52 articles du Statut du personnel) doivent s’appliquer à tous les agents. C’est toute la filière des CSP (commissions secondaires) et CNSP qui garantit le Statut des Personnels, nous le défendons en exigeant également l’embauche au Statut pour tous les salariés des filiales, et notamment ceux qui sont arrivés dans les effectifs de la R&D.
La CGT d’EDF R&D réaffirme son refus de voir à nouveau baisser les effectifs statutaires d’EDF R&D et d’EDF plus généralement : non la situation d’EDF n’est pas mauvaise et ne justifie en rien la baisse des embauches prévues, ni les opérations de rabotages sur nos acquis comme il en est question avec les frais de déplacements par exemple.
Du point de vue salarial, nous avons appris que les employeurs de la branche avaient pour projet de s’attaquer à nouveau à notre grille de salaires, avec la volonté de baisser encore
l’écart de rémunération entre 2 NR, et d’ajouter un coefficient supplémentaire et différent d’une entreprise à une autre, dans la formule de calcul du SNB.
Ce projet aurait pour objectif de mettre en oeuvre une augmentation annuelle générale d’entreprise et donc de briser la grille unique de salaires du personnel des IEG. Ce projet est totalement inacceptable, comme celui de s’attaquer au régime spécial de retraite, au Tarif Agent, aux activités sociales. La grille unique de salaire est un des piliers essentiels de notre Statut, qui s’applique et doit s’appliquer à tous les salariés des IEG.
Aucun de ces sujets n’est présent à l’ordre du jour de ce CSE qui reste désespérément creux.
Nous regrettons l’absence totale de communication de la part de la direction vers le personnel sur ces sujets pourtant cruciaux pour l’entreprise, ses salariés et la R&D.