11 novembre 2018

Le conflit qui opposait les médecins des urgences à la direction du CHU a pris fin.

Certaines de leurs revendications ont été satisfaites, d’autres sont en cours de réalisations.

Il a été obtenu :

– d’annuler la fermeture du troisième secteur de nuit dans le service des urgences prévue en novembre.

– que les 4 postes non pourvus de médecins sur le centre 15 soient mis à la vacance et publiés, en attendant, les besoins médicaux seront compensés par le recours aux heures supplémentaires ainsi qu’à l’intérim.

– de mettre en œuvre des procédures d’amélioration pour les conditions d’accueil et de soins des patients, avec un suivi d’évaluation et d’ajustement. En particulier, 20 lits par jour pour permettre les hospitalisations des patients stabilisés dans les services adaptés et fluidifier ainsi l’accueil des autres.

– de donner des moyens humains supplémentaires lors des pics d’activité exceptionnels.

Les médecins urgentistes vont rester vigilants sur l’application des mesures et le suivi des critères d’évaluation permettant de garantir la sécurité des soins aux patients.

Le syndicat CGT du CHU, en lien avec leurs homologues de la Nièvre, reste très prudent et vigilant sur la fusion de la régulation du 15 de Nevers avec celle de Dijon.