By | octobre 20, 2020

Déclaration CGT N°3 au CSE EDF R&D – Séance du 17 septembre 2020

Nous avons appris qu’un conseil d’administration extraordinaire d’EDF avait été convoqué la semaine dernière, le but : faire voter le retrait progressif de l’Etat du capital d’EDF !

EDF a lancé mardi 8 septembre une émission d’obligations vertes sur les places financières pour un montant de 2,4 Milliards d’euros. Ces obligations appelées « OCEANEs Vertes » sont transformables à terme en actions et auront pour conséquence une dilution sensible de la participation de l’Etat dans le capital de l’entreprise.

Il s’agit de satisfaire aux exigences des agences de notation. Nous considérons que dans cette période difficile, la situation actuelle réclame au contraire le retour à un service public s’affranchissant de l’ouverture à la concurrence.

Les administrateurs CGT ont voté contre le désengagement progressif de l’Etat alors que la pandémie mondiale plonge petit à petit dans la précarité une partie toujours trop importante de salariés, dont les usagers d’EDF qui ne sont pas épargnés par les plans de licenciement, ou les « accords de performances collectives » qui conduisent à des baisses de salaire contre le maintien hypothétique de leurs emplois. Et dans le même temps, quelques-uns (actionnaires) profitent des effets d’aubaine des marchés, et des milliards du plan de relance du gouvernement.

L’État choisit d’amorcer un désengagement dans EDF et poursuit la privatisation. D’ailleurs, le plan de relance du gouvernement en dit long sur sa détermination à ne pas développer le service public et n’a pas pour objectif de développer l’emploi. En effet nous avons appris mardi 8 septembre qu’un plan de licenciements était prévu dans les IEG à la centrale de Gardanne. Ce plan est inacceptable.

C’est d’ailleurs le même processus avec le projet Hercule de scission-démantèlement d’EDF, qui aura des conséquences particulièrement néfastes pour la R&D, un projet dont la CGT continue à exiger l’abandon définitif.

Oui ce projet d’ouverture du capital n’est pas acceptable : les agents mobilisés pendant la crise l’ont été avec la volonté de servir au mieux les usagers alors qu’on leur impose un plan d’économies « Mimosa » avec des conséquences néfastes sur les conditions de travail, avec la baisse des embauches et la remise en cause d’acquis statutaires comme il est à craindre avec le retour d’expérience du confinement qui pourra être exploité au profit de l’entreprise et au détriment des agents.

La CGT EDF R&D salue le vote négatif qu’on fait certains des administrateurs salariés au CA d’EDF

Et pour ces raisons appellent à la grève et à la manifestation aujourd’hui 17 septembre : c’est aussi pour cette raison que la délégation CGT est réduite au CSE de ce jour, suite au refus de la direction de reporter la séance.