By | octobre 20, 2020

Déclaration CGT au Comité Social et Économique EDF R&D Séance du 15 octobre 2020

La CGT a alerté à de nombreuses reprises à propos de la situation de sous-effectif du Service de Santé au Travail d’EDF R&D, en particulier depuis le début de la crise sanitaire. Aujourd’hui, le Dr Hadjaj est en arrêt et un membre du SST de Saclay a été victime d’un accident du travail avec arrêt. De notre point de vue, le SST n’a plus les effectifs pour assurer ses missions, ce qui fait peser une double menace à la fois sur le personnel dans son ensemble et sur le personnel du SST en particulier, confronté à une charge de travail ingérable en cette période de reprise épidémique.
Parmi les missions urgentes, on peut citer en particulier :

  • La vaccination du personnel contre la grippe, pour laquelle une seule date est prévue à Chatou, ce qui est clairement insuffisant vu les contraintes des agents,
  • Le suivi de l’emménagement d’une partie du département PRISME dans des nouveaux locaux qui posent de nombreux problèmes pour lesquels des évaluations de poste par le médecin du travail sont à la fois nécessaires, urgentes et surtout obligatoires,
  • L’écoute et l’information des agents concernant la situation sanitaire actuelle, la prévention et les procédures à suivre en cas de suspicion de contamination ou de contaminations avérées.

Ces missions nécessitent des professionnels qualifiés et formés aux problématiques de santé au travail, or aujourd’hui le recours à une société d’intérim en monopole sur ce secteur ne permet pas de fidéliser les personnels et le turn-over permanent perturbe l’organisation du SST en générant du travail supplémentaire de formation récurrent.
La délégation CGT rappelle que concernant la santé et la sécurité au travail l’employeur a une obligation de résultat et demande à la direction de prendre des mesures immédiates pour assurer des effectifs suffisants et stables au SST.