8 février 2019
Salires à EDF

Le rapport 2019 de la Cour des comptes pointe la question des Salaires à EDF : nous serions trop payés à EDF !

Dans la période marquée par une mobilisation sociale forte des salariés avec leurs syndicats et avec les Gilets jaunes qui subissent la répression gouvernementale ; nous pensons que ces conclusions sont une provocation au moment où la hausse de SNB a été fixée par les employeurs à 0,3% pour 2019.

D’une part cette institution se permet des comparaisons entre la rémunération moyenne à EDF SA et celle médiane dans d’autres entreprises de l’énergie… Autant comparer les choux et les carottes…

Par contre, les donneurs de leçons de la Cour des comptes oublient de critiquer les 24,5 milliards d’euros de dividendes versés par EDF aux actionnaires sur la dernière décennie.

A la CGT nous rappelons qu’avant l’ouverture à la concurrence et le changement de Statut d’EDF-GDF, l’échelle des salaires était de l’ordre de 1 à 6 entre le plus bas et le plus haut salaire. Combien aujourd’hui ?

Cela ne choque pas la cour des comptes? Non au contraire, pour elle le problème, c’est justement que les rémunérations variables individuelles seraient insuffisantes !

La cour des comptes trouve aussi que nos échelons d’ancienneté sont de trop ! Non c’est un de nos conquis statutaire.

Mais surtout, la Cour des Comptes s’étonne des nombreux avantages annexes (logement, tarif d’électricité…) qui accompagnent cette rémunération.

Donc une nouvelle fois, c’est au tarif agents que le gouvernement à travers la cour des comptes voudrait s’attaquer.

C’est clair il s’agit donc d’une nouvelle offensive qui vise à remettre en question le Statut du Personnel des IEG.

Selon l’extrait du journal l’Usine Nouvelle, il s’agit également de s’attaquer au « système de retraite, géré par l’entreprise, ne convergeant pas assez vite vers le régime général… »

Ce rapport de la cour des comptes tombe à pic pour le gouvernement qui veut s’attaquer à nouveau aux retraites en projetant de mettre en œuvre un système par points qui ne garantira plus de montants de pensions.

La cour des comptes oublie aussi de faire le bilan de la dérèglementation du secteur énergétique qui conduit à l’augmentation des tarifs d’électricité, qui n’ont rien à voir avec l’évolution des salaires des agents d’EDF.

Ils oublient de compter les cadeaux faits aux entreprises via le CICE et les exonérations de cotisations sociales, la Flat-tax, la baisse de l’ISF  etc … Toutes ces mesures d’injustice fiscales ne sont pas remises en cause et la cour des comptes au service du gouvernement confronté actuellement à la contestation sociale majeure n’a trouvé que les agents EDF comme riches !!!