1 mars 2019

Nos camarades CGT Finances alertent sur la mise en place du prélèvement à la source présenté aux contribuables comme une réponse moderne alors qu’il s’agit d’un processus archaïque mis en œuvre en 1917 au Canada, soit bien avant les transmissions électroniques et l’ordinateur. Le dernier pays a l’avoir choisi est l’Espagne en 1979 !

Le processus est profondément injuste : L’objectif n’est pas de simplifier mais de faire entrer l’argent plus vite dans les caisses pour compenser celui qui ne rentre plus : évasion fiscale, niches fiscales, défiscalisation coûtent cher aux finances publiques alors on nous ponctionne. Nous ferons l’avance de trésorerie et nous verrons rembourser le « trop payé » suite à perte d’emploi, retraite, changement du foyer fiscal ou erreur au moins un an plus tard.

Encore plus complexe : Non seulement, il faudra toujours faire la déclaration des revenus chaque année, mais il faudra en plus signaler en cours d’année, tous changements auprès des impôts et de son employeur. Il conviendra aussi de suivre les éventuels remboursements.

Les agents des impôts, ces fonctionnaires ne sont plus en nombre suffisant pour assurer la charge actuelle. Ils vont devoir absorber cette hérésie en plus d’affronter la colère légitime des contribuables.