1 mars 2019

Au delà des journées d’actions dans la branche des IEG des printemps et hiver 2018, les agents grévistes de la DPN ont mis « sous surveillance » des arrêts de tranche. Après un rassemblement le 13 novembre 2018 de plus de 800 agents dont 500 de la DPN, et une journée d’action ce 22 janvier, coordonnés par la seule FNME-CGT, la Direction de la DPN n’a eu d’autre choix que de répondre aux revendications des agents portées par la FNME-CGT. Bien sûr, toutes les revendications ne sont satisfaites. Bien sûr, la Direction préfère les primes aux NR.

Pour autant, ce sont 4 100 NR supplémentaires qui seront octroyés à la DPN sur 3 ans (1500 en 2019, 1 300 en 2020 et 2021), soit 17 000 NR en 2019 pour les 22 300 agents de la DPN (à comparer aux 13 000 NR de 2018).

GAGNÉ PAR LA CGT!
Des primes, des compensations de perte de salaire, des dé-contingentements de postes, des GPEC sous surveillance, des GF cibles, … des réponses concrètes ont été faites aux 110 revendications. La plupart des réponses étant conditionnées à la validité de l’accord social, les syndicats du Collectif Nucléaire de la FNME-CGT consulteront leurs adhérents pour savoir s’ils mandatent la signature de la CGT.

Seul un rapport de force coordonné aura permis d’obtenir ces avancées sociales !