13 décembre 2018

La délégation CGT,  siégeant au comité d’établissement, s’alarme de  l’augmentation du nombre d’agents en difficulté et en situation de surmenage et de l’augmentation du nombre d’arrêts de travail. Cela fait quasiment un an que nous vous avons alerté, notamment de l’explosion des arrêts de travail chez les agents exerçant des fonctions supports.

Dans les départements, cette souffrance au travail résulte de l’augmentation des contraintes liées aux diminutions d’effectifs, aux baisses des moyens, aux restructurations incessantes et à l’absence de lisibilité quant au devenir des activités, et à la façon dont les choix stratégiques sont réalisés.

Ces facteurs  génèrent un stress quasi permanent pouvant déclencher diverses pathologies physiques et psychologiques.

Nous vous rappelons vos obligations d’assurer la sécurité et le suivi médical adéquat, en lien avec les activités exercées par les agents au sein de nos entreprises.

Monsieur le Président du comité d’établissement, qu’en est-il du suivi de la santé au travail des agents de notre établissement?

Depuis deux ans et ce malgré plusieurs alertes, nous sommes passés de trois médecins du travail répartis sur les 3 sites, à un.

Depuis plus d’un an, vous nous dites chercher activement un médecin pour assurer le suivi des agents de Saclay et de Chatou. Hors, nous avons appris que le médecin présent depuis mi-octobre un jour par semaine à Saclay et un autre jour à Chatou a été recruté sur un CDD de 3 mois.

Ce médecin ne va pas rester. Ce n’est pas surprenant, puisque c’est par un nouveau CDD (de 6 mois cette fois) que vous avez proposé de prolonger son contrat quelques semaines après son arrivée.

Quelle tromperie vis à vis des agents à qui vous expliquez votre grande préoccupation pour cette situation et votre recherche constante de solution.

Alors qu’il y a une pénurie de médecin de travail, dont vous nous faites régulièrement état, vous n’offrez que des contrats temporaires au médecin qui se présente. Cette situation est paradoxale et inacceptable !

A quel médecin proposerez-vous un CDI ? Celui qui ne cherchera pas à faire état en public de la situation inquiétante dans laquelle se trouvent de nombreux salariés. 

Au-delà des revendications concrètes, sur les effectifs notamment, que nous portons pour protéger la santé des salariés, nous demandons, comme le médecin l’a préconisé lors de sa venue en CHSCT, la mise en place d’une cellule d’écoute médicale des salariés imposant des infirmières spécifiquement formée à l’écoute et un médecin titulaire en appui, qui présenterait un bilan lors de chaque CHSCT.