5 décembre 2019

Retraites : A l’aube d’un mouvement historique !

Les grévistes ont pris la main sur le réseau de chaleur parisien, avec une usine à 0 et d’autres en forte baisse ce qui contraint le réseau au minimum technique. Cette situation, sans conséquence pour les usagers actuellement, pourrait se dégrader dès lors que les pouvoirs publics ne respecteraient pas les travailleurs en luttes. Par exemple, le site d’IP13 s’il venait à s’arreter concernerait 1.5 Millions d’habitants (14 communes en banlieue et 12 arrondissements de Paris).
Les sites de chauffage urbain resteront mobilisés durant tout le conflit contre la reforme des retraites de Macron. La FNME-CGT se felicite de l’intervention massive des travailleurs du chauffage urbain d’Ile de France mettant ainsi la tonalité du niveau de la lutte necessaire pour le retrait du projet de loi.
Concernant le réseau électrique, ce dernier est très tendu à 74GW de consommation instantanée. Nous sommes pourtant loin des records historiques (102GW en février 2012). Les premiers chiffres de grévistes remontés de la production hydro-électriques au-delà des 70% montre une forte mobilisation d’autant qu’ils s’accompagnent de baisses de charges, avec une quinzaine de piquets de grève, notament dans les Pyrennées.
Les centrales de production ont toutes reçu le Message A (arrêt des baisses de charge) aux alentours de 20h00. Les premiers chiffres de grévistes qui remontent des salles de commandes sont tres encourageants pour la journée de demain. De nombreuses équipes entre 80 et 100% de grévistes (pour exemple à EDF dans la production nucléaire nous sommes à 85% de grévistes en moyenne !) Une nouvelle fois les centrales de production thermique à flamme sont fortement mobilisées avec des taux de grévistes proche de 100% et des baisses de charge.

Les informations remontées à la FNME-CGT annoncent une journées de mobilisation le 5 décembre historique. La FNME-CGT appelle l’ensemble de ses militants, de ses syndiqués et les salariés et retraités à continuer la lutte jusqu’au retrait du projet de loi. Des assemblées générales de travailleurs en luttes décideront des modalités de la continuité de cette lutte.