By | octobre 21, 2020

Déclaration CGT au Comité Social et Economique EDF R&D – Séance du 15 octobre 2020

Les chiffres transmis aux élus dans le cadre de la GPEC confirment l’intention de la direction de la R&D de poursuivre 2020 la baisse des effectifs à l’œuvre depuis maintenant de trop nombreuses années. La baisse drastique des effectifs, encore plus marquée pour le site de Chatou, ne manque pas de susciter de vives inquiétudes chez nos collègues.

En seulement 7 ans les effectifs de la R&D ont chuté de près de 10%, soit plus de 200 emplois statutaires perdus.
Cette force de travail fait cruellement défaut aux équipes, et les moyens alloués se restreignent sans cesse alors que les enjeux en matière d’innovation ne manquent pas.

La conséquence inévitable de cette politique antisociale est une augmentation devenue insupportable des charges de travail, mais aussi un management de plus en plus obnubilé par des indicateurs chiffrés abstrait au mépris du contenu réel des travaux menés par les agents. Toujours plus d ‘efforts sont demandés aux équipes ce qui induit systématiquement une pression accrue, et donc stress et souffrance au travail que le SST avoue lui-même ne pouvoir y répondre.

Cette catastrophe annoncée se traduit notamment par une augmentation alarmante des absences pour maladie, de même qu’après l’explosion des dernières années le taux d’invalidité reste anormalement élevé, signes d’une grave détérioration des conditions de travail.

Nous, CGT, revendiquons plus que jamais les embauches qui font défaut à la R&D.

La direction d’EDF s’est engagée à stabiliser a minima les effectifs de la R&D en 2020, avec une cible à 1870 agents à la fin de l’année. Cet objectif a à nouveau été confirmé en CSEC le 24 septembre dernier, alors que les chiffres fournis ne font état que de 1833 agents à la fin du mois de juin, soit une baisse qui, si elle se poursuit à ce rythme, mènerait au chiffre alarment de 1805 agents en fin d’année. Lors du CSE R&D du 03/09/2020, la direction a déclaré viser une cible d ‘embauche revue à la baisse à 70 agents, discours manifestement contradictoire avec les engagements pris par la direction centrale depuis. La délégation CGT demande donc à la direction que les effectifs manquant pour atteindre le chiffre de 1870 agents soient gréés au plus vite. Les 90 embauches initialement prévues doivent être réalisées comme s’y est engagée la direction d’EDF en CSEC.