Classification Rémunération

Des revendications CGT réalistes et finançables

Dans la négociation actuelle, les employeurs mettent en avant leurs difficultés financières couplées à la période économiquement complexe, pour justifier une enveloppe salariale réduite et se placent dans une logique d’austérité :

  • très faible augmentation du SNB comme sur les dernières années;
  • réduction importante des augmentations de salaire liées à la classification, en particulier disparition des reclassements;
  • pour autant, pas d’amélioration du taux d’avancement et un système qui peut rapidement le diminuer pour la plupart des agents (avancement minimum de 1% au lieu d’un NR de 2,3% en moyenne aujourd’hui, disparition des NR remplacés par des niveaux de 0,1%).

Au final, les employeurs proposent un niveau de mesures individuelles (avancements et augmentations liés à la classification) autour de 1,4% par an, soit un niveau sensiblement inférieur au niveau moyen rencontré dans les IEG de 1,7%.

Les employeurs veulent donc acter l’austérité actuelle dans l’avenir au travers de la négociation en cours.

La CGT revendique une augmentation du SNB au niveau de l’inflation et une enveloppe pour les mesures individuelles de 1,8% de la masse salariale.

Pour répondre à nos revendications, les employeurs devraient verser 100 millions d’euros de plus par an, cotisations sociales comprises.

Ces 100 millions d’euros sont-ils insupportables au regard des résultats des groupes ?

  • ils représentent 0,8% du résultat courant 2019 des 2 Groupes EDF et Engie
  • ils représentent 5% des dividendes distribués sur le résultat 2020 (année de crise sanitaire), ils sont de 1,3 Mds pour Engie et de 0,7 Mds pour EDF, soit un total de 2 milliards d’euros.
  • en se limitant aux IEG, les dividendes versés en 2020 par les entreprises régulées à leurs maisons mères s’élèvent à 1,5 milliards d’euros (Enedis 0,5; GrDF 0,5; RTE 0,2; GRTgaz 0,2; production insulaire 0,1). Ce total ne prend pas en compte les résultats de la production et du négoce. La revendication CGT représente 7% de ces dividendes. Rappelons que ces dividendes sont un pillage des ressources du Service Public et une spoliation du fruit du travail des salariés.

Ces ordres de grandeur sont parlants : les entreprises des IEG ont largement les moyens de financer les garanties de pouvoir d’achat de la grille et de dynamique de carrière revendiquées par la FNME-CGT.

Signez la pétition : http://chng.it/sG6fYT4bvL

Articles similaires

Le 5 octobre, mobilisation générale !

Le 5 octobre, mobilisation générale !

HERCULE KO!

HERCULE KO!

Flash Info CGT sur TAMA (8 juillet 2021)

Flash Info CGT sur TAMA (8 juillet 2021)

Le point complet sur le dossier TAMA …Le grand fourre-tout à valider pour mi-juillet !

Le point complet sur le dossier TAMA …Le grand fourre-tout à valider pour mi-juillet !

EDF - 100% public

DERNIER N° – EDF NON AU MARCHÉ !

SORTONS L’ÉLECTRICITÉ DU MARCHÉ #11

11 juin 2021

Pour cet épisode 11 de la série « Sortons l’électricité...

Lire la suite

Signez la pétition - #PourUneÉnergiePublique

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est petition2-2.jpg.

Dernières actualités EDF

Le 5 octobre, mobilisation générale !

22 septembre 2021

Si certains ont cru aux beaux discours des politiques, la...

Lire la suite...

Classification Rémunération

22 septembre 2021

Des revendications CGT réalistes et finançables Dans la négociation actuelle,...

Lire la suite...

Débat Hercule au Sénat – Janvier 2021

video

Pour un service public de l'électricité

Les attaques et réformes s’enchaînent dans les services publics de l’énergie, pilotées par les directions d’EDF et ENGIE soumises aux directives de l’Élysée. Leurs certitudes ont été bousculées par les mobilisations des salariés et la prise de conscience des citoyens qui paient lourdement la note de ces choix politiques. Dans ce contexte, la FNME CGT vous propose de mettre au coeur des débats les exigences du service public et d’y associer, en plus des agents, les élus et usagers particuliers et industriels.

Se syndiquer : Et si vous vous engagiez !