1 mars 2019

Dans l’esprit CAP 2030 EDF, la DTEO organise la rentabilité en faisant des économies sur le dos des salariés.

Après 2/3 des emplois supprimés à la DIG, des réorganisations à la DA où les départs ne sont pas remplacés, l’ex DSP se met au diapason et ressort ses projets de fermeture de sites et suppression d’emplois, bafouant les IRP pour fuir les débats sur l’avenir des agents.

La DS Tertiaire et la DS Informatique et Télécom se sont coordonnées pour remettre sur la table le dossier « Localisation » qui cible les sites pérennes et ceux à fermer. Encore une fois, la vie des agents n’est pas prise en compte. Ils doivent se débrouiller avec les mutations géographiques, professionnelles, voire accepter un départ anticipé. La CGT reste opposée aux fermetures de sites et aux suppressions d’emplois pour raisons financières et reste aux côtés des agents.

Personne n’est opposé a priori aux nouvelles technologies utilisées comme prétexte aux réorganisations, mais la condition pour la CGT est qu’elles servent l’amélioration des conditions de travail et l’évolution des métiers, voire la réduction du temps de travail. Or, la direction n’utilise le numérique qu’à des fins de prédation sociale. Avec l’outil My HR, (application pour la formation professionnelle) par exemple, c’est la moitié des agents qui se retrouvent sans emploi !!! Toutes les évolutions technologiques doivent participer au développement humain et non servir les seuls intérêts financiers. C’est en ce sens que la CGT travaille des propositions. Le personnel doit s’en emparer, les mettre à sa main et les soutenir pour que la vie au travail soit aussi prise en compte.

En parallèle, la DTEO déploie avec allégresse les mêmes techniques managériales qui visent à intégrer les « collaborateurs » aux objectifs financiers de l’entreprise, bref à trouver les solutions pour produire plus et supprimer encore des emplois. Excellence Opérationnelle -toujours moins pour faire plus !!!- vise la ligne managériale. Le PDG ne veut plus d’une organisation pyramidale ? DTEO veut être 1ère de la classe ! Surtout il ne faut pas traîner : les managers ne sont plus remplacés au fur et à mesure des départs, les salariés sont mis à contribution avec les responsabilités qui l’accompagnent. Si une partie s’y retrouvent aujourd’hui, demain, ce sera comme ailleurs plus de risques psycho-sociaux et de stress au travail.

Le dépeçage des fonctions supports qui nuit au bon fonctionnement général de l’entreprise n’a pas de sens ! Nos camarades CGT Finances alertent sur la mise en place du prélèvement à la source présenté aux contribuables comme une réponse moderne alors qu’il s’agit d’un processus archaïque mis en oeuvre en 1917 au Canada, soit bien avant les transmissions électroniques et l’ordinateur. Le dernier pays a l’avoir choisi est l’Espagne en 1979 ! Le processus est profondément injuste : L’objectif n’est pas de simplifier mais de faire entrer l’argent plus vite dans les caisses pour compenser celui qui ne rentre plus : évasion fiscale, niches fiscales, défiscalisation coûtent cher aux finances publiques alors on nous ponctionne. Nous ferons l’avance de trésorerie et nous verrons rembourser le « trop payé » suite à perte d’emploi, retraite, changement du foyer fiscal ou erreur au moins un an plus tard. Encore plus complexe : Non seulement, il faudra toujours faire la déclaration des revenus chaque année, mais il faudra en plus signaler en cours d’année, tous changements auprès des impôts et de son employeur. Il conviendra aussi de suivre les éventuels remboursements. Les agents des impôts, ces fonctionnaires ne sont plus en nombre suffisant pour assurer la charge actuelle. Ils vont devoir absorber cette hérésie en plus d’affronter la colère légitime des contribuables.

La CGT est le contre poison au discours managérial.
La CGT vous donne les clés de compréhension.
La confiance dans l’action collective est la première étape pour reprendre la main sur son travail et ses droits.