1 mars 2019
Projet de retraites

Le discours : une réforme complète du système de retraite français = un système universel où un euro cotisé donne les mêmes droits.

Pour la CGT, cette affirmation drapée d’égalitarisme cache des intentions nocives. Il s’agit de faire table rase du système de retraite par répartition de la Sécurité Sociale créé en 1945, qui a évolué depuis avec quelques avancées mais surtout des reculs.

En France en tout cas, le niveau moyen de vie des retraités est équivalent à celui des actifs. Mais toute moyenne cache des inégalités notamment celle entre les hommes (1884€/mois) et les femmes (1314€/mois). Pour autant, peu de pays sont parvenus à cette situation : nombreux sont les retraités européens qui, à carrière pleine, tombent dans la pauvreté.

C’est notre système social, imprégné de justice sociale et de citoyenneté que Macron veut faire disparaitre sous couvert de simplification. En remettant en cause les principes de solidarité et de redistribution en temps réel, ce sont les plus précaires, notamment les femmes, qui ont le plus à perdre.

Regardons de plus près ce qui différencie la répartition, la prestation définie, la solidarité et le projet Macron

Répartition contre Capitalisation
La répartition = toutes les cotisations des actifs de l’année N sont collectées et globalisées pour financer toutes les pensions de l’année N. Cette démarche permet la solidarité entre les salariés qui cotisent et les retraités qui touchent.

La capitalisation = chaque cotisation est inscrite sur un compte individuel et mise sur le marché financier jusqu’au départ à la retraite. Le niveau des pensions est soumis aux aléas du marché boursier et l’âge de départ en fonction de l’espérance de vie.

Prestation définie/cotisation définie
Prestation définie = garantit une pension minimum au départ à la retraite
Cotisation définie = garantit un plafond de cotisation. A partir de cette « garantie », les prestations seront ajustées en fonction des possibilités permises par ce niveau de cotisation (bref on ne sait pas ce qu’on va toucher !).

La solidarité
La solidarité interne au système de retraite et aux différents régimes = mutualisation des risques pouvant advenir tout au long d’une vie de travail et compensation des interruptions d’activités incontournables (congés maternité par ex). Cette part a augmenté de façon importante et a nécessité des financements supplémentaires (CSG et autres taxes).

Les propositions CGT :

Répondre au défi démographique : l’allongement de la vie doit rester un progrès social. La CGT revendique la révision du rapport entre la rémunération du capital et celle du travail tout au long de la vie.

Consolider la répartition solidaire à prestation définie en faisant du salaire brut et de l’emploi une priorité. Il faut atténuer la part des primes dans la rémunération, elles ne participent pas à la répartition.

Assurer l’égalité et la justice avec un socle commun de garanties pour tous : départ légal à la retraite à 60 ans, prise en compte des années d’études, niveau de pension à 75% du dernier revenu d’activité pour une carrière complète, prise en compte de la pénibilité, égalité salariale femmes/hommes.

Coordonner l’ensemble du système et assurer la solidarité, en réintégrant la démocratie : nous proposons la création d’une « maison commune» de l’ensemble des régimes de retraite.